sylviane masson





icônes

extraits d'une série de dessins sur papier millimétré 21 x 29,7 cm, 2015-2016





billet de banque

extrait d'une série de 7 dessins au crayon de couleur 30 x 42 cm, 2014






tablettes tactiles

Le dessin à la craie d'un écran d'un iPad transforme grossièrement (de manière analogique) une ardoise d'écolier en une tablette haute technologie.


extraits d'une série de dessins à la craie grasse sur ardoise 26 x 18 cm, 2014







touches

extrait d'une série de dessins à l'encre par empreintes digitales 31 x 41 cm, 2014



fontaine aux alouettes

Double clin d’œil au ready-made duchampien, l’installation met en scène une photographie d’un reflet dans une flaque d’eau avec un robinet de salle de bain, pour évoquer le flux trompeur des images. 
installation : image fixe sur écran, piédestal 32 x 32 x 78 cm, 2013




performances

extraits d'une série de dessins à l'encre 31 x 41 cm, 2013



MIA (micro installations associées)

Montages d’objets utilitaires à fonction variable, recyclages, mises en scène du processus de libre association : ces micro installations font partie d’un projet plus vaste de laboratoire-musée de produits ultra basse technologie.




MIA, installation, dimensions variables, 2012-2013




logo AIR ANCE

extrait d'une série de dessins à l'encre 31 x 41 cm, 2014





AIR ANCE

De grands sacs plastiques remplis d’air et portant le logo détourné d’Air France sont dispersés dans l’espace. À la puissance de l’aéronautique et aux valeurs qui lui sont associées, ces sacs opposent leur fragilité, l’aléatoire de leur trajectoire et leur souffle de résistance.


installation (sacs plastiques, impression sur papier, dimensions variables), Kiosquorama, Place des fêtes, Paris, 2011



prendre la mouche

vidéo, 36'', 2011
Une mouche est prisonnière entre deux vitres : elle cherche la sortie et monte peu à peu. La caméra suit son parcours. Le caractère lénifiant du documentaire animalier est ici porté à son paroxysme dans l’attention portée à une micro-action. D’autant que cette performance, réelle et virtuelle à la fois (la mouche grimpant entre deux vitres semblant gravir les arbres et monter jusqu’au ciel), est rendue quasi-imperceptible par le cadrage grand angle. Ce faux intru, en ramenant la profondeur du paysage au plan de la vitre, renvoie à la tradition des mouches dans la peinture.



video



premier jet, interprétation « sous tutoriel »,

vidéo, 2'36, 2011
Mise en abîme du procédé du tutoriel, la vidéo devient le témoin d’un re-enactment avec ses hésitations, ses écarts et ses erreurs. À travers cette parodie d’un usage domestique du tutoriel (dans la perspective des loisirs créatifs), sont ainsi interrogés la notion de performance, l’efficacité de l’image, le processus de création.


video



il me fallait louer un véhicule ...

vidéo, 60", 2011
D’une fenêtre en face des Prud’hommes, j’observe l’activité de ce lieu en même temps que mon univers s’y projette (et s’y reflète, au sens propre). Une phrase issue d’un rêve : « il me fallait louer un véhicule, une sorte de bouée très grande pour trois personnes » vient hanter l’image. L’homme préoccupé et cette nécessité absurde se superposent. Ce dispositif artisanal de vidéo surveillance permet l’expression de fantasmes, mettant indirectement l’accent sur ce qui se joue de peurs et de conflits primordiaux dans les aspirations sécuritaires et la défense de ses intérêts.


video




le petit livret des foules

Les outils de communication publicitaire sont utilisés pour diffuser le récit d'un rêve (de toute puissance).


Vue de l'installation, Paris, 2010



intérieur du livret: mon rêve de toute puissance





partie de ping-pong

L’image d’un tuyau d’arrosage invite le spectateur à se laisser happer par le récit inquiétant, écrit en surimpression, d’un accident survenu lors d’une étrange partie de ping-pong. Dédoublements, heurts, vertiges : les mots peinent à fixer ce que les images recèlent.




2 vues différentes de l'installation: espace d'art contemporain Eugène Beaudouin, Antony / Centre Albert Chanot, Clamart




























"quelque chose qu'il me fallait cacher..."

Le récit intime d'un rêve effrayant est affiché dans l'espace public.


Vue de l'installation, Le 104, Jeune Création 2009, http://www.jeunecreation.org



Impression sur affiche, 3,72m x 2,40m, 2009

" Le travail de Sylviane Masson, en grande partie photographique, s’articule autour de différentes thématiques : parmi celles-ci, les questionnements liés à l’identité prennent une place prépondérante. Pour Quelque chose qu’il me fallait cacher..., imposante affiche, l’artiste a noté pendant plusieurs mois ses rêves, jusqu’à ce que l’un d’entre eux la frappe tout particulièrement. Reproduit en surimpression sur une photographie agrandie et très pixellisée d’une araignée, il est raconté par bribes narratives à la première personne. Ce rêve aux tonalités angoissantes, lié à l’histoire d’une mygale apprivoisée par la grand-mère, ne livre pas d’analyses psychologiques de la rêveuse. Au contraire, il agit comme une réminiscence de ce conte endormi, de manière aussi bien poétique (par le texte qui est reproduit) qu’agressive, avec le gros plan sur la mygale. Le spectateur choisit dès lors la narration, en se rapprochant de l’affiche dont l’araignée se brouille peu à peu – ou le trauma, en s’en éloignant. "


Camille Paulhan


aparté

Par la seule expression du regard, sans les artifices habituels du plateau, de jeunes comédiens tentent de retenir l'attention, et manifestent le désir et la vanité de chacun d'exister pour l'autre, d'être l'interlocuteur privilégié.

Avec la participation de comédiens du cours Florent (voix off: Justine Assaf)























Vue de l'installation (Grande halle de la Villette, Jeune Création 2008)



Diaporama, son, 2008




video



aparté sur les vitrines du cours florent



Installation de 6 photographies couleur sur vinyl, diamètre 120cm, sur les vitrines du Cours Florent, dans le cadre du Mois de la Photo-OFF 2008.



motifs d'effroi


Diaporama, son, 2007
Des visages de jeunes femmes exprimant l'effroi sont projetés en boucle dans une salle sombre avec en fond sonore des bruits de cour de récréation et une musique lancinante. Peur de quoi?
(La Bellevilloise, Jeune Création 2007)


video




propriété privée

Appropriations de lieux publics : postures et mises en scène de la possession.






















Série de 6 photographies couleur 37,5 x 50 cm, 2006

présentée à La Bellevilloise, Jeune Création 2006




ce manque d'ailleurs

Des résidents de la Cité internationale universitaire de Paris ont répondu à la question: "Que vous manque-t-il ici que vous avez dans votre pays?

Avec le concours de la Mairie de Paris / Département de l’Art dans la Ville

2 séries de 18 photographies couleur, 50 x 60 cm et 20 x 30 cm




un lieu en soi

Des personnes de mon entourage sont photographiées dans un lieu qu'elles ont choisi. Le miroir qu'elles portent reflète ce qu'elles voulaient montrer et donne ainsi à voir leur regard sur ce lieu.

Série de 20 photographies couleur, 40 x 26,5 cm, 2004

http://ipl.photo-look.org/2005/exposM87.htm